Flash info

N’OUBLIEZ PAS DE REMPLIR LE BULLETIN DE SOUTIEN EN LIGNE : Cliquez ici !                               Le CAMAM s’engage à ne pas divulguer les informations personnelles

C’est avec plaisir que nous accueillons 2 nouveaux porte paroles dans le 69
Nous remercions Catherine et Brigitte de leurs intérêts pour le CAMAM et sa démarche..

COMPTE RENDU DU COLLOQUE DE CALUIRE 69 DU 21/03/2015

 

521RENCONTRE NATIONALE DES ASSISTANT(E)S MATERNEL(LE)S

le 21 mars 2015

Organisée par AAMADEL sa présidente Soraya Souilah

(Association des Assistantes Maternelles Agréées de LYON

 Le thème: 

« La volonté politique peut-elle suffire à professionnaliser les Assistantes Maternelles et permettre une reconnaissance du métier dont le savoir est souvent discret et invisible »

INTERVENANTS:

Philippe Cochet le député maire de Caluire, commune du la métropole de Lyon.

Dominique Nachury, député de la 4ème circonscription du Rhône, conseillère municipale de Lyon et ancienne présidente de la CDAJE du Rhône

Suzon Bosse-Platière, Psychopédagogue, formatrice spécialisée petite enfance, auteure et co-auteure de différents ouvrages

Sandrine Bruas psychologue de travail, ancienne assistante maternelle ayant réalisé son mémoire de fin d’étude en Psychologie du Travail sur le thème  » La Professionnalisation des Assistants Maternels »

Lydie Poncet, Créatrice du petit d’homme en 2001, accompagnatrice des porteurs de projet pour le M.A.M. et Micro Crèches

Le CAMAM représenter par Véronique Lorrette, Marie Noêlle Lorenzi, et Armele Woolf de la commission de travail et Coralie Camara porte parole du 84 et Sébastien Meunier porte parole du 69.

 La professionnalisation est un thème très à la mode » dans le monde du travail et nous aimerions comprendre ce qui se cache derrière cet engouement. La question de la formation est souvent centrale dans les dispositifs de professionnalisation hors seul l’agrément octroyé par le conseil général autorise de travailler comme assistante maternelle et non le diplôme.

Aujourd’hui, encore aucune filière professionnelle n’existe pour l’emploi d’assistante maternelle.

La volonté politique peut elle suffire à la professionnalisation des assistantes maternelles et permettre une reconnaissance du métier ? Quels impacts peuvent avoir la mise en œuvre des savoirs faire discrets et invisibles sur le processus de professionnalisation.

Comment faire reconnaitre ce métier qui s’exerce à l’abri des regards dans un huis clos du domicile du salarié avec des prescriptions tacites et des savoirs faire discrets qui demeurent assez mal connues et reconnues …

C’est devant une assemblée de 70 personnes, représentants de RAM du 69, 21, assistants maternels du 69, 84, 34,42, porte paroles du CAMAM du 69 et 84 que cette rencontre à débutée avec

Mr Philippe Cochet ;

qui nous félicite de notre présence, nous parle de la place donnée à la petite enfance sur sa commune et reconnaît la méconnaissance de notre métier et tient à préciser que cette rencontre participe à cette valorisation.SAMSUNG CAMERA PICTURES

 

Suivi de Dominique Nachury;

qui insiste sur les besoins des familles qui évoluent. Elle relève les singularités des assmats à travailler chez elles et c’est ce qui en fait une richesse qu’il est souhaitable de préserver. Il y a 13000 assmats sur le Rhône .Elle reconnaît l’appétit des familles pour le collectif. Il faut arriver à conserver un équilibre dit elle : « cela nécessite une évolution :

-aux besoins nouveaux des familles

-une organisation de notre profession au quotidien ( s’intégrer dans les structures, ram, associations). La profession doit accepter de passer des conditions à travailler isolée et à s’ouvrir vers les structures. Il faut savoir nous adapter encore mieux qu’au collectif aux besoins des familles en participant à des activités tout en ayant un accueil personnalisé.

Elle est interpellé sur les rythmes scolaires sur lesquels les assmats n’ont pas été consultées et des exemples précis d’incohérences lui sont donnés ( rythme des bébé incompatibles!). « Peu de consultation même au niveau national et trop de précipitation » selon elle et un gouvernement qui s’est déchargé sur les communes. Pour elle, il est difficile de juger car toutes les communes fonctionnent différemment. Elle regrette que nous n’ayons pas de représentativité et que cela est du à une non organisation de notre métier et regrette cette disparité de notre organisation (même s’il y a des syndicats, il n’y a pas de regroupement).

Elle est interpellée sur le fait que lors des réunions municipales d’information aux familles sur les modes de garde, on parle très peu des assmats. « Effectivement, il y a une méconnaissance du métier et précise qu’il faut réfléchir à travailler sur cette méconnaissance ». Elle précise qu’elle fera remonter cette information auprès du gouvernement.

 

SAMSUNG CAMERA PICTURESSuzon Bosse-Platière ;

Nous présente son analyse sur notre métier, souligne effectivement qu’il faut absolument pour la pérennité de ce métier une reconnaissance professionnelle. Soucieuse de l’avenir de notre métier, Suzon Bosse-Platière œuvre pour notre défense et notre valorisation.

Ce métier à été construit sur une expérience de « mère au foyer », et par ce fait se trouve bancale par rapport aux statuts, partagé entre le professionnel et l’éducatif.

Plusieurs difficultés pour ce métier:

Confusion des espaces et temps

Confusion des rôles

Confusion du domaine privé et public

Ce métier est un métier de relation et d’éducation, ce qui entraîne des exigences professionnelles, de savoir être, savoir faire et de devoirs professionnels.

Cette analyse, démontre également, que les acquis professionnels doivent passer par une formation spécifique au métier , par l’expérience, la maturité de la personne.

LIRE L’ETUDE COMPLETE de SUZON BOSSE-PLATIERE   ICI. CALUIRE 21-03 15

REP

Après la pause déjeuner fort sympathique et conviviale, nous avons repris la séance avec;

Sandrine Bruas;

qui à évoqué le questionnement sur la valorisation et reconnaissance du métier.

« On peut se demander quel impact la mise en œuvre de savoir-faire discrets peut-elle avoir sur le processus de professionnalisation des assistants maternels ? En effet, nous pensons que le caractère invisible du métier d’assistant maternel, qui s’exerce dans le huis clos du domicile, à l’abri des regards, renforce la difficulté à le reconnaître comme une profession de la petite enfance, à part entière. Souvent l’idée reçue selon laquelle il s’agit d’un travail que « tout le monde peut faire », persiste dans l’inconscient collectif. Dans cette perspective, les leviers de la reconnaissance professionnelle seraient la visibilité du travail accompli. S’il ne s’agit pas d’un métier comme les autres, la professionnalisation passerait, donc, d’abord, par l’identification et la reconnaissance des spécificités et des enjeux de son exercice »

La finalité de ce questionnement, nous laisse entendre que la réelle professionnalisation et valorisation du métier , devront être de la volonté et du combat des professionnels eux même.

L’audience ,c’est poursuivie par la présentation du

CAMAM, à l’assemblée, son projet et sa démarche, par Véronique Lorrette suivi de l’intervention de Marie Noëlle Lorenzi

11071247_818870381531621_1624380329_oLe CAMAM est un regroupement d’assistants maternels (de 3500 membres à ce jour),

Le CAMAM, c’est aussi 52 départements représentés par nos porte-paroles bénévoles

Parce que depuis plusieurs années, trop d’assistantes maternelles arrivent sur le marché, sans réelle vocation, simplement encouragées, dans cette période de crise, par notre société.

De ce fait, en découle une trop grande offre, par rapport à la demande, ce qui entraine :

Une recrudescence d’inscription au pole emploi

Des baisses de tarif horaire

Un dénigrement, une banalisation, une « non reconnaissance » du métier

S’en découle également, la  « non prise en compte »  de la mesure réelle et sérieuse des responsabilités qu’entraine cette profession :

Lassitude dans le travail

Dommages collatéraux

Non professionnalisme

Notre but est une création d’un diplôme d’assistant maternel obligatoire aux apprentissages fondamentaux obligatoires avant exercice pour la nouvelle génération pour exercer. sans effet rétroactif pour les assmats en place

Nous pensons que le CAP Petite Enfance n’est pas réellement adapté à notre profession

Trop basé sur la structure collective et pas assez sur l’accueil à domicile

11068731_818897961528863_1649150007_oNous proposons :

La création d’un diplôme spécifique de niveau V aux nouveaux assistants maternels avant agrément, sans effet rétroactif obligatoire pour les assmats en exercice. A ces derniers seront proposés des remises à niveaux dans le cadre de la formation continue et l’obtention du diplôme par VAE si le candidat le souhaite.

Qui serait accessible par une formation adulte, pour une finalité diplômée, avec un mode de recrutement spécifique, avec modalités spéciales, et équivalences pour pouvoir accéder ensuite à d’autres métiers.

Ce diplôme ne peut être ouvert de manière différentié.

Il est nécessaire de prendre en compte, l’autonomie du candidat, l’autonomie matérielle, la situation familiale.

Ce diplôme ne peut être mis en place par l’éducation nationale, les candidats seraient trop jeunes, « un enfant ne peux pas s’occuper d’un enfant dans ce contexte là». C’est différent dans un contexte d’encadrement direct, comme dans un accueil collectif.

L’organigramme de ce futur diplôme  est simple avec,

Un tronc commun aux métiers de la PE, en suite des stages de découvertes dans différentes structures collectives, chez des assmats avec expérience, (afin de permettre le choix de l’activité d’accueil), avec la possibilité de passerelles entre les différentes filières (options), aux choix du candidat.

Ce système ne marginalise en aucun cas le métier d’assmat, mais, le met au même pied d’égalité de compétences que le CAP PE. (L’accueil familial au même niveau que l’accueil collectif avec leurs spécificités propres)

Pourquoi le vouloir obligatoire avant agrément ?

Pour que justement les candidats ne se trompent pas d’orientation professionnelle, (grâce aux stages de découvertes des métiers !)

Nous souhaitons des professionnels conscients de leurs choix et non pas en obligation de suivre des apprentissages qu’ils ne souhaitent pas, pour lesquels ils n’ont pas de vocation, et par la même seraient déçus et frustrés dans leurs projets professionnels. 

11071187_818871534864839_1812486220_oMarie-Noëlle  interpelle l’assemblée par des questions;

« La plupart d’entres nous ont lu Jean Epstein et connaissent l’extrait « Assistantes maternelles 100 métiers »…

Marie Noëlle questionne le public à les énoncer (comptable, psychologue, juriste, infirmière, cuisinière, maitresse d ‘école, conseillère conjugale, femme de ménage, lingère, éducatrice, diplomate etc….)et pose ensuite la question «  qui parmi vous a été suffisamment formé à tous ces métiers ? »

La réponse se trouve être négative, bien sur!

 » Ne pensez vous pas par exemple, que la formation à  » la gestion du stress » devrait être fait en aval de professer ? »

Le public acquiesce !

Elle remonte le fait déplorable que l’on ne parle de nous à travers les médias que lorsqu’il se passe un fait divers odieux par amateurisme.

« Qui parmi vous a été suffisamment informé au SBS (syndrome du bébé secoué), qui a été formé aux risques de violence chez les assmats ? »

là aussi la réponse se trouve être « peu » ou « négative »

« Ne pensez vous pas que ces faits déplorables que l’on entend ne peuvent être enrayés de part une information et formation approfondie? »

La violence a un historique qui est ancré dans notre culture précise t elle.

« Comment une assmat qui n’a pas réussit lUP1 peut elle savoir étudier un contrat, analyser une ordonnance ou une notice de médicament avec compréhension ? »

Ce ne sont que des exemples mais ils représentent bien l’insuffisance de la formation des assmats aujourd’hui et la nécessité d’une véritable formation diplômante, afin de pouvoir valider les compétences et non les subodorer par une formation obligatoire mais sans obligation de réussite et de simples visites de professionnels de la Petite Enfance.

Ainsi l’agrément ne serait effectif que pour le lieu d’accueil.

Beaucoup de retours positifs, d’acquiescements, à la présentation des doléances du CAMAM pour la valorisation de métier par la proposition d’une création de diplôme spécifique assmat . Il semblerai qu’une prise de conscience débute, dans le sens que « oui » effectivement, tout le monde ne peut pas faire ce métier, et qu’il est temps que les compétences pour ce métier soient avalisées en amont de l’agrément . Que le contrôle devra être maintenu mais dans un réel soucis , d’échanges, de soutiens et d’accompagnement. Des bulletins de membre soutien, ont été remplis et des remerciements ont été adressés au CAMAM.

Le débat c’est poursuivi par l’intervention de

Lydie Poncet;

« A partir de mon expérience acquise depuis la création en 2001 du petit d’homme, lieu d’accueil atypique et innovant qui se situe entre la crèche parentale et chez l’assistante maternelle. »

le débat c’est porté sur les MAM, il en ressort qu’un projet MAM doit être établi avec précision, étude de marché , projet éducatif, etc… avec les tenants et les aboutissants.

que beaucoup d’assmats essayent de créer des MAM , pour casser leur solitude, pour être reconnues auprès des PE, comme de réelles professionnelles de la Petite Enfance.

Ce mode d’accueil reste ambigu, le statut également est équivoque, dans le sens ou c’est un accueil collectif mais fait par des assmats. Cela aussi doit évoluer…

Cette journée se termine , sans vraiment l’avoir vu passer, à la satisfaction de tous, encore une fois que de belles rencontres.

Pourquoi le sommeil est très important ?…..

 

 Pourquoi le sommeil est très important ?…..

Définition: Le sommeil est un état naturel récurrent de perte de conscience (mais sans perte de la réception sensitive) du monde extérieur, accompagnée d’une diminution progressive du tonus musculaire, survenant à intervalles réguliers et dont le rôle est encore mal connu. L’alternance veille-sommeil correspond à l’un des cycles fondamentaux chez les animaux : le rythme circadien. Chez l’être humain, le sommeil occupe près d’un tiers de la vie en moyenne.9

Le sommeil se distingue de l’inconscience (ou coma) par la préservation des réflexes et par la capacité de la personne endormie à ouvrir les yeux et à réagir à la parole et au toucher. Il existe une organisation du sommeil et de ses trois états. Il est question de cycle circadien pour l’alternance entre la veille et le sommeil. Il est question de cycle ultradien pour l’alternance entre le sommeil lent et le sommeil paradoxal.

Le sommeil dépend du noyau préoptique ventrolatéral (VLPO). Déclenché par l’accumulation quotidienne d’adénosine, le VLPO envoie aux centres de stimulation le signal d’arrêter la production d’histamine et d’autres substances qui nous tiennent éveillés.

les rythmes…..

Les rythmes de sommeil de l’enfant sont différents de ceux de l’adulte et ils évoluent avec l’âge. En moyenne, le nouveau-né dort de 16 à 17h par jour ; l’enfant de 3 ans 12h ; l’enfant de 6 ans 10h et l’adolescent de 12 ans 9h. Pour les parents, le meilleur signe d’un bon sommeil est la forme de l’enfant dans la journée. Un enfant qui ne dort pas assez est difficile à réveiller le matin, fatigué, somnolent et irritable dans la journée. Il fait des fautes inhabituelles à l’école, n’est pas attentif et a tendance à prendre du poids sans raison. Dès la naissance, les parents participent à l’acquisition précoce des rythmes biologiques sommeil/éveil et nuit/jour de leur enfant. Cette éducation précoce des rythmes biologiques de l’enfant est souvent pour les parents une expérience qui se fait sans repères précis.

  • L’endormissement : il est important de savoir reconnaître les signes de l’endormissement et de préparer agréablement le sommeil.6
  • La nuit : l’enfant construit son sommeil de nuit progressivement. L’une des particularités du sommeil du petit enfant réside dans la présence de micro éveils physiologiques d’une durée de 1 à 10 minutes après chaque cycle de sommeil ; si les parents interviennent systématiquement par des bercements ou en donnant un biberon, l’enfant risque d’avoir besoin de ses parents pour se rendormir à chacun de ses réveils.
  • Le réveil : il est conseillé de favoriser un réveil spontané. Pour y parvenir, la régularité des horaires de coucher et de réveil est très importante.
  • 3
  • Le sommeil dans la journée : une sieste est souvent nécessaire pour compléter la nuit de l’enfant au moins jusqu’à l’âge de 4 ans et sa durée est fonction du besoin de récupérationChaque petit train correspond à un cycle de sommeil et est composé de plusieurs wagons qui représentent les différents stades de sommeil. La longueur des trains (c’est-à-dire la durée des cycles) mais aussi leur composition, varie d’âge en âge: chez le nouveau né, chaque train est constitué de 2 wagons (1 wagon de sommeil agité et un wagon de sommeil calme) alors que chez l’adulte, chaque train en comprend 5 (2 wagons de sommeil lent léger, 2 wagons de sommeil lent profond, 1 wagon de sommeil paradoxal). Les trains sont courts et nombreux, et les voyages (plages de sommeil comprenant un ou plusieurs trains) se répartissent tout au long des 24 heures. Bébé commence son voyage par du sommeil agité et le poursuit par du sommeil calme. Au bout de 50 minutes, entre 2 trains, le bébé est tout près de l’éveil, dans une période de sommeil intermédiaire (sommeil très très léger).

    Une succession de petits trains qui nous emmènent en voyage aux pays des songes …

    Chaque petit train correspond à un cycle de sommeil et est composé de plusieurs wagons qui représentent les différents stades de sommeil. La longueur des trains (c’est-à-dire la durée des cycles) mais aussi leur composition, varie d’âge en âge: chez le nouveau né, chaque train est constitué de 2 wagons (1 wagon de sommeil agité et un wagon de sommeil calme) alors que chez l’adulte, chaque train en comprend 5 (2 wagons de sommeil lent léger, 2 wagons de sommeil lent profond, 1 wagon de sommeil paradoxal).


  • train du sommeilDe la naissance à 2 mois
    Les trains sont courts et nombreux, et les voyages (plages de sommeil comprenant un ou plusieurs trains) se répartissent tout au long des 24 heures. Bébé commence son voyage par du sommeil agité et le poursuit par du sommeil calme. Au bout de 50 minutes, entre 2 trains, le bébé est tout près de l’éveil, dans une période de sommeil intermédiaire (sommeil très très léger).
  • De 2 à 6/9 mois
  • Les trains sont plus longs (70 minutes environ). 7
  • Le sommeil agité devient, dès 2 mois, du sommeil paradoxal comparable à celui de l’adulte (sommeil des rêves).
  • Le wagon de sommeil calme se transforme en 2 wagons de sommeil lent.
  • Les voyages deviennent progressivement plus longs la nuit (12 heures en moyenne, soit 10 à 12 trains).
  • Pendant la journée, les voyages sont plus courts et sont entrecoupés d’éveils de plus en plus longs.

Le sommeil agité (équivalent du sommeil paradoxal de l’adulte)

Le visage du bébé est animé de petits mouvements, sa respiration est irrégulière, l’activité de son cerveau est intense.Il peut avoir des mouvements corporels au cours desquels il devient rouge, s’étire, grogne. Parfois il peut ouvrir les yeux un court instant. Cela dure de quelques secondes à 1 à 2 minutes et il se calme.2

 

 

Le sommeil calme (équivalent du sommeil lent)

Le bébé est immobile, ses yeux sont fermés sans mouvements occulaires, son visage est détendu. Parfois il a des mouvements de succion périodiques. Sa respiration est calme et régulière.

phases-sommeil

Des spécialistes de santé, nous disent….

« Nos enfants ne dorment pas assez !

Tel est l’avis quasi unanime des spécialistes qui, pour la plupart, lancent un message d’alerte sur les effets négatifs à court terme et les conséquences, parfois plus lourdes, sur le long terme, du manque de sommeil chez les plus jeunes. Lors du colloque «Art complexité cerveau» qui s’est tenu en septembre dernier dans les Alpes-Maritimes, le neurophysiologiste Pierre Bustany a souligné l’impact de ce déficit sur le développement cognitif.

En clair, certains enfants lésés de sommeil seraient aussi lésés d’une partie de leurs capacités d’apprentissage, et ce de façon peu réversible.

Comme le rappelle la psychologue clinicienne Marie-Noëlle Maston dans son dernier ouvrage, de nombreuses fonctions, particulièrement importantes chez l’enfant, s’accomplissent durant le sommeil.

Parmi elles, la sécrétion de l’hormone de croissance, la sécrétion de la prolactine qui stimule le système immunitaire, et aussi, note-t-elle, «les fonctions mentales et psychiques comme la mémorisation et l’organisation des informations acquises pendant la journée». En somme, pour bien apprendre, mieux vaut bien dormir.4

Si certains enfants souffrent de troubles de sommeil de façon chronique, d’autres peuvent traverser des difficultés ponctuelles d’endormissement.

Parmi les plus fréquentes,

La peur du noir,

Courante à partir de 18 mois et jusqu’à l’âge de 7 ou 8 ans. D’origine ancestrale, cette peur est une étape normale du développement émotionnel. Il faut la prendre au sérieux, rassurer l’enfant, noirdéterminer ce qui l’effraie, au besoin installer une petite veilleuse sans fil, ou laisser sa porte de chambre entrouverte.

 

 

Autre difficulté passagère,

L’angoisse de séparation.

L’enfant a du mal à se séparer de ses parents. À moins que ce ne soit l’inverse, comme l’observe Marie-Noëlle Maston dans sa pratique clinicienne:  peur separation«Lorsqu’un enfant a du mal à se détacher de sa mère (ou/et de son père), c’est qu’elle-même éprouve une difficulté à se séparer de lui.» 

 Pour que l’enfant puisse dormir en toute sérénité, il est nécessaire de le «nourrir affectivement pour la nuit».

L’histoire, la berceuse, le câlin, le doudou constituent les «nourritures» précieuses d’un rituel, moment privilégié de rencontre et de détente, qui ne doit toutefois pas s’éterniser. Il faut bien sûr bannir les écrans, sous toutes leurs formes, au moins une heure avant le coucher.

La stimulation visuelle, l’activité cérébrale qu’ils induisent perturbent l’endormissement et la qualité du sommeil. 5

Enfin et surtout, il demeure essentiel de coucher son enfant à une heure raisonnable, correspondant à ses besoins. 

Or, certaines études montrent que les 4-5 ans se couchent fréquemment vers 23 heures ou minuit ! «Les parents ont de moins en moins de présence pleine à offrir à leurs enfants. Comme ils veulent tout de même profiter d’eux, ils les couchent plus tard, ou plutôt les laissent “ne pas avoir envie” de se coucher, alors que ces derniers sont fatigués», constate Marie-Noëlle Maston.

 «Il devient normal de rester ensemble le soir, selon un rythme propre à la famille, avec l’idée sous-jacente que si un enfant n’a pas sommeil, il peut veiller», remarque à son tour la psychiatre Sylvie Royant-Parola. 8

«C’est oublier qu’un petit enfant n’a pas la même notion du sommeil ; il peut s’écrouler de fatigue et pourtant occuper l’espace comme une toupie, montrer un comportement énervé ou hyperactif», 

Cette spécialiste du sommeil, présidente du réseau Morphée, rappelle qu’un enfant de moins de 10 ans a besoin d’un temps de repos fondamental pour être en forme le lendemain, réceptif à l’école.

À la différence d’un adolescent qui commande lui-même son sommeil, l’enfant est synchronisé, dépendant de ses horloges biologiques. Il s’endort et se réveille chaque jour à peu près à la même heure. Le coucher plus tard un soir ne change rien. Le lendemain, il ouvre l’œil toujours aussi tôt… À ce sujet, le docteur Royant-Parola attire l’attention sur les enfants de 10 ans, qui sont les seuls à dormir moins en vacances que durant la période scolaire !

La raison est simple: on les laisse se coucher tard le soir et ils se réveillent toujours aussi tôt. De retour en classe, ils sont épuisés, irritables. fatigué

Fait nouveau, les effets du manque de sommeil observés sur les comportements adolescents concernent désormais aussi les plus jeunes.

«L’enfant peut se montrer irrité, coléreux, agressif, en proie à un mauvais contrôle émotionnel. Il risque de s’accrocher avec ses copains, avec l’autorité, voire passer à l’acte sur un registre plus violent», alerte la psychiatre. 

Le sommeil est un besoin important qui évolue avec l’âge et nécessite le respect attentif de l’entourage.

Les consignes ne sont pas les mêmes pour tous les membres d’une fratrie.

La taille du logement entre alors en ligne de compte.

Lorsque plusieurs enfants dorment dans la même chambre, il n’est pas toujours facile de faire accepter des règles différentes.

Si chacun dispose d’un espace bien à lui, le respect des consignes repose sur l’autorité des parents qui doivent jouer leur rôle en posant des limites.

Dans le cas d’une garde alternée, les parents s’efforceront, chacun de son côté, d’être clairs et cohérents dans leurs habitudes, pour le bien de leur enfant.veil

Enfin, selon Marie-Noëlle Maston, il est important de valoriser le sommeil.

Parfois la chambre est présentée comme un lieu de punition. On ne devrait jamais dire: «Si tu n’es pas sage, tu vas aller au lit.» La chambre, le lit doivent être considérés comme des espaces de ressourcement, de détente, de réconfort. «C’est bon de dormir», «On est bien dans son lit, dans son dodo.» Quel parent pense le contraire ? »

 N’oublions pas …

Le rire et le sommeil sont les meilleurs remèdes du monde

proverbe Irlandais

Sources/ http://www.la-croix.com/Famille/Parents-Enfants/Dossiers/Le-sommeil-un-besoin-a-respecter-a-tout-age- neurophysiologiste Pierre Bustany. psychiatre Sylvie Royant-Parola. psychologue clinicienne Marie-Noëlle Maston. sommeil université de Lyon. ircem

CADUCEE PSY

 

Une belle initiative de notre porte parole CORALIE RACHID MARCHAND

 

CaptureBelle initiative de Coralie,

qui en tant que porte parole du CAMAM à souhaité créer

UN GROUPE FACEBOOK PORTE PAROLE DU CAMAM DE SON DEPARTEMENT

afin de faire connaitre le CAMAM et de se faire connaitre également.

Si d’autre porte parole voulait se lancer dans la même aventure que Coralie, nous tenons à leur disposition, la bannière type.

N’hésitez pas à nous contacter

https://www.facebook.com/groups/657880234323835/?fref=ts

 

1

IDEES MENUS POUR LES PETITS BOUTS …..

a table 2a table 1 a table

A table les enfants……………..

« non, les enfants n’aiment pas que les hamburgers et les frites!     Ils aiment aussi les bonnes choses, tout comme vous, et surtout les petits plats mijotés avec tendresse et bons sens… »                                                               Marie Leteuré

« … Je vous conseille d’inaugurer vous même chaque étape de cette diversification en profitant de vos moments de tranquillité. Calme, patience et tendresse sont nécessaires pour valoriser ces changements sans les imposer. Joyeuses découvertes et bon appétit »                                                                                       Dc Frédérique Marcombes

 IDEES DE MENUS

 Voila quelques idées de menus pour enfant de 8 à 10 mois

3déjeuner:

Poulet et courgettes râpées

Semoule au lait à la pêche

——

Merlan au carottes vapeur

Compote pomme-poire-vanille

5diner:

soupe de pomme de terre-cresson et vache qui rit

compote pomme-poir orange eau de fleur d’oranger

_____

soupe verte

semoule au lait

Voila quelques idées de menus pour enfant de 10 à 12 mois

Déjeuner:8

Dinde au jambon et à la polenta

Compote pomme-figue-orange -cannelle

—–

Filet de sole , sauce rose, riz aux épinards

Compote pomme-fraise-rhubarbe

9Diner:

Bouillon alphabet

Mouillettes de comté à la confiture

——

Soupe de carottes aux herbes

Minicrème au chocolat

Voila quelques idées de menus pour enfant de 12 à 24 mois

1Déjeuner:

Omelette mimolette

Tartelette pomme compote

—-

Bifteck haché -œuf à cheval

Ratatouille à la cannelle

Compote pomme-fruits rouges

——

Merlan pané aux herbes et pommes de terre

Laitage+ confiture de petites fraises à la menthe

10Diner:

Gâteau de Saumon

pomme four

——

Soupe de légumes au boulgour

Crème à l’orange

——

Soupe de poulet au curry

Laitage + confiture pêches-abricots – Framboises au jus de groseille

Voila quelques idées de menus pour enfant de 24 à 36 mois

6Déjeuner

Petit Taboulé

Poulet aux raisins et aux aubergines

Petite mousse au chocolat à la crème

——

Salade Crabe-concombre

Cabillaud aux épices

raisins au chèvre et aux pistaches

——

Moules Frites

Gâteau roulé

7Diner:

Risotto aux légumes

Minestrone de fruits et yaourt glacé

—–

Soupe de courgettes- crème de gruyère

Gâteau à la banane

—–

Pizza clown

Laitage + Coulis de fraise (ou de framboise, de cerise, de groseille, de myrtilles)2

sources/ M.Leteuré & Dc F.Marcombes

 

Une Assistante Maternelle en Bretagne…. sans sa coiffe …!!

téléchargement (7)Notre Marie Poppins a rencontré ,

5Françoise Guillon, assistante maternelle, 58 ans, domiciliée drap en Bretagne à Trégueux (22), et par son interview supercalifragilisticexpialidocious, elle nous dévoile cette assmat Bretonne.

Françoise comment es tu devenue assistante maternelle?

Je suis devenue assistante maternelle en 2003, après avoir eu une carrière professionnelle bien remplie en tant que cadre administratif et commercial puis responsable d’entreprise. Lasse de toutes ses responsabilités bureautiques, je me suis tournée vers une passion qui m’a toujours attirée : les enfants, surtout les moins de 3 ans. Après quelques recherches, j’ai obtenu un agrément pour 2 enfants, effectué ma formation puis intégré la crèche familiale de ma ville où je suis assistante maternelle agréée pour 3 enfants.bigo

Penses tu qu’il difficile de concilier vie professionnelle et vie privée?

Il ne m’est pas difficile à présent de concilier ma vie professionnelle et ma vie privée d’autant plus que mon mari est devenu également assistant maternel depuis 2009, suite à une période de chômage où il a pris plaisir à être avec les petits que j’accueillais. Cela lui a donné envie de pratiquer ce métier. Toutefois, je reconnais que lorsque j’avais ma fille à la maison, mon métier pesait un peu le soir quand j’accueillais des enfants assez tard. Il faut avoir des talents d’organisation.photo-634702638690884407-1

Peux tu nous raconter ta journée type?

Ma journée type se décompose de la façon suivante : le matin, je prépare les repas pour le déjeuner puis j’accueille les enfants. A leur arrivée, il y a un temps calme de redécouverte des espaces et des jeux par l’enfant, le temps que tout le monde arrive. Ensuite, les bébés vont faire leur sieste du matin pendant qu’une activité dirigée est mise en place pour ceux qui veulent y participer. Une fois terminée, les enfants sont en jeux libres puis les bébés réveillés, nous partons en promenade à pieds ou en sortie en voiture. Nous revenons pour le déjeuner des bébés pour 11h30 et les repas se poursuivent jusque vers 12h30/12h45. Après les changes, les enfants font la sieste de l’après-midi et se réveillent à leur rythme pour ensuite passer au goûter. Une fois terminé, lecture, danse, comptines ou autres activités sont mises en place en attendant que les premiers parents arrivent. Il nous arrive de ressortir selon le temps et la saison, lorsque certains enfants partent tard dans la soirée.

61Penses tu que ton métier à un avenir?

Concernant l’avenir de ce métier, je suis partagée. D’une part, je suis optimiste si les assistants maternels obtiennent un diplôme digne de ce nom pour pouvoir par cela même obtenir la confiance des différents acteurs qui tournent autour de ce métier, tels que les parents, les PMI etc… et se retrouver totalement compétents tout en effectuant des formations tout au long de leur carrière pour être toujours à la pointe. D’autre part, je suis pessimiste quant à la profession d’assistant maternel de crèche familiale, qui je pense, va disparaître, bien à tort. Taxée d’avoir un coût trop élevé par les collectivités territoriales, elles représentaient un très bon compromis entre l’assistant maternel un peu isolé et la crèche collective.

Crois tu que l’avenir de ton métier, passe par une restructuration de la formation?

4Je pense qu’effectivement, il faut absolument revoir la formation des assistants maternels qui est beaucoup trop succincte. Il faut une formation initiale qui comporte différentes matières concernant les différents développements de l’enfant, développement psycho-affectif, développement psychomoteur, l’alimentation, le sommeil, les activités, les relations avec les différents acteurs qui nous entourent etc… étudier également les différents courants qui peuvent être mis en place : Pickler, Montessori etc… avant l’exercice de la profession. Nous sommes des acteurs essentiels dans la filière Petite Enfance et avons notre place dans l’accueil des petits. Encore faut-il que nous soyons des professionnels à part entière.

circuit vallée du Goelo 014Est ce que , pour toi l’exercice de ton métier est plus difficile?

Je ne rencontre pas spécialement de difficultés dans mon métier. J’ai la chance d’avoir pu suivre beaucoup de formations et mes professions antérieures m’ont donné une formation solide dans le relationnel. Je suis très indépendante et ne cesse de m’informer par des lectures, en assistant à des colloques etc, sur cette merveilleuse profession qu’est la nôtre.

Nous pensons que les assistants maternels sont formidables, en quoi le serais tu?

En quoi suis-je formidable ? je ne peux pas répondre à cette question. Je n’ai pas assez d’égo pour me dire que je suis formidable. Je fais du mieux que je peux et ne cesse de vouloir m’améliorer par des connaissances. J’ai donc posé la question aux parents des petits que j’accueille, ils m’ont répondu que ma disponibilité, mon écoute, le fait que les petits viennent avec grand plaisir, étaient pour eux un atout incontestable. Je m’en tiendrai là.

Merci, Françoise, d’avoir pris le temps de nous faire partager, un peu de ton intimité professionnelle, et ta belle région.

LE GROS DOSSIER DE L’ANNEE  » LES IMPOTS »….assistant maternel

impo

Comment un assistant maternel doit-il déclarer ses revenus ?

Mise à jour le 01.01.2015 – Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre)

Impôt sur le revenu : déclaration 2015 des revenus de 2014 – 01.01.2015

Le contenu de cette page est à jour pour la déclaration des revenus de 2014 à l’exception des formulaires, services en ligne et documents d’information. Ceux-ci seront mis en ligne dès qu’ils seront disponibles.dossie

Les assistants maternels et familiaux agréés peuvent choisir de déclarer toutes les sommes perçues dans l’année ou uniquement leur salaire.

Deux manières de déclarer

Déclaration de toutes les sommes perçues

Vous pouvez déclarer à la fois vos salaires et les indemnités perçues pour l’entretien et l’hébergement des enfants. Dans ce cas, vous êtes autorisé à déduire une somme forfaitaire représentative des frais engagés dans l’intérêt des enfants.

En pratique, vous déclarez la différence entre :

  • le total des salaires et indemnités,
  • et une somme forfaitaire représentative des frais engagées dans l’intérêt des enfants.
Déclaration des revenus d’une assistante maternelle – Somme forfaitaire à déduire selon les conditions de garde de l’enfant
Conditions de garde de l’enfant Somme forfaitaire à déduire fixée par enfant et par jour
Enfant gardé pendant au moins 8 heures 29 € (3 fois le Smic horaire)
Enfant gardé pendant au moins 8 heures lorsque l’enfant est malade ou handicapé ou inadapté et ouvre droit à une majoration de salaire 38 € (4 fois le Smic horaire)
Enfant gardé pendant 24 heures consécutives 38 € (4 fois le Smic horaire)
Enfant gardé pendant 24 heures consécutives lorsque l’enfant est malade ou handicapé ou inadapté et ouvre droit à une majoration de salaire 48 € (5 fois le Smic horaire)

Dans le cas d’une durée de garde de moins de 8 heures, les sommes forfaitaires doivent être réduites au prorata du nombre d’heures de garde dans la journée.

Le montant du Smic horaire à retenir pour la déclaration des revenus de 2014 est de 9,53 €.

Déclaration du salaire uniquement

Vous pouvez aussi choisir de déclarer uniquement votre salaire sans tenir compte des indemnités perçues pour l’entretien et l’hébergement des enfants.

UN OUTILS DE TRAVAIL TRES INTERESSANT: insp

tableau impôt modifiable

 

 

POUR VOUS AIDER VOILA

Simulateur de calcul pour 2015 : impôt sur les revenus de 2014

Mise à jour le 16.01.2015 – Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre)

Ce simulateur de calcul vous permet, si vous résidez en France, de déterminer le montant de votre impôt sur le revenu pour 2015.

http://www.impots.gouv.fr/portal/dgi/public/popup?typePage=cpr02&docOid=documentstandard_705

calcDeux outils de simulation sont proposés :

  • le modèle simplifié (déclaration de base n°2042) s’adresse aux personnes qui déclarent des salaires, des pensions ou des retraites, des revenus fonciers, des revenus de valeurs et capitaux mobiliers, et déduisent les charges les plus courantes (pensions alimentaires, frais de garde d’enfants, dons aux œuvres, etc.),
  • le modèle complet (déclaration de base + déclaration complémentaire) s’adresse aux personnes qui déclarent, en plus des revenus et charges ci-dessus, des revenus d’activité autre que salariée (commerciale, libérale, agricole, etc.), des investissements locatifs, etc.

 

  • Attention :  le montant calculé de votre impôt sur le revenu est indicatif. Il ne s’agit en aucun cas de la déclaration de revenus, qui devra être effectuée par ailleurs.

franc